Auberge du Mouton

  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
  • Auberge du Mouton, Porrentruy
    Auberge du Mouton
Réservez en ligne
Detailkarte einblenden

L’auberge du pays jurassien et la légèreté de l‘être

L’Auberge du Mouton est ouverte depuis le 16 août 2016 et accueille les hôtes d’ici ou d’ailleurs. Cet hôtel trois étoiles propose huit chambres confortables et de caractère alliant du design contemporain avec du mobilier d’antan créées dans cet édifice daté de 1715. Excellence et originalité confirmées de la cuisine du Chef, David Hickel sont à l’ordre du jour au restaurant d’une trentaine de places. Il est également possible de louer l’une des caves voûtées pour des séances ou une soirée entre amis.

Histoire Auberge du Mouton

Histoire depuis 1715

L’Auberge du Mouton est un bâtiment emblématique de Porrentruy édifié en 1715. Le bâtiment actuel remplace une construction plus ancienne. Des documents d’archives attestent l’emploi de centaines de chariots pour charrier «depuis la maison de l’escole hors de la ville» les gravats et autres matériaux pour faire place à une nouvelle bâtisse, celle encore en place aujourd’hui. Michel Hauser, auteur d’un article sur le bâtiment, a retrouvé les divers artisans actifs dans la reconstruction. La maison est élevée par le maçon Martin Wittwer, natif du Tyrol, reçu habitant de Porrentruy en 1709. Le charpentier Laurent Stirlin, le menuisier Pierre François Lhoste ou le potier Pierre Faivre sont les autres artisans principaux du chantier. Le cartouche daté, encore en place et représentant un mouton, a été taillé par Hugues Jean Monnot sculpteur jurassien majeur du XVIIIe siècle. La représentation picturale située au centre du cartouche est l’œuvre du peintre Joseph Sidler. Ces deux artisans ont été payés «pour avoir taillé et fait lesdites armes de la Ville». Abritant à l’origine l’école de la ville, le bâtiment change d’affectation vraisemblablement à la chute de l’ancien Évêché de Bâle. À la lecture de plans et listes d’habitants, il est possible d’assembler, en partie, le puzzle historique de la maison. Le Plan géométrique du Ban et Territoire de Pourrentruy levé en 1752, atteste clairement la fonction primaire du bâtiment. Sous le N° 268 se trouve la «Maison d’École de la Ville» qui correspond à l’actuel Auberge du Mouton. En consultant l’État de la ville de Porrentrui au 1r Prairial an 11 (21 mai 1803) et l’Atlas contenant les plans géométriques du Ban et Territoire de Pourentrui le N° 254 mentionne «le Cabaret de Jos. Amuat. Alors la Maison d’école» et le nom de Jacque Caillet, Maître d’École. Le plan (élevé en 1850), qui accompagne cette liste de propriétaires, fait pour la première fois référence «au Mouton». Il est donc fort probable que l’Auberge du Mouton remonte à la première moitié du XIXe siècle. Ce bâtiment est un élément patrimonial marquant de la vieille ville de Porrentruy. Sa façade nord est bien en vue pour ceux et celles qui remontent la Grand Rue. Situé à l’intersection de la rue du Cygne et de la rue des Baîches, les deux façades conservent des éléments en pierre de taille du XVIIIe siècle au niveau des encadrements des fenêtres et des portes. Les fenêtres du premier et du second étage reposent sur un bandeau saillant également en pierre calcaire. La façade nord est soulignée par des chaînes d’angle qui accentuent la verticalité du bâtiment. Elle est soutenue, à sa base, par deux contreforts en appareillage de pierre de taille. Une imposante toiture et un avant-toit conséquent complètent la lecture architecturale. Les deux façades sur rue ont été restaurées en regard du dessin de 1850 afin de trouver le bon choix de couleurs pour la façade, les encadrements et les contrevents. Le cartouche a été restauré par Amalita Bruthus, restauratrice d’art à Porrentruy. Plusieurs couches picturales ont été mises à jour dont une représentation d’un loup en train d’égorger le mouton. Les armes de la ville de Porrentruy n’ont cependant pas été retrouvées sous les diverses couches picturales. Aujourd’hui, affectation oblige, un mouton s’est imposé. La restauration de l’écriture Auberge du Mouton a été réalisée sur la base d’anciennes photos afin de retrouver un style du début du XXe siècle. Le décor en métal repoussé, aux motifs «cabarets», qui souligne le rez-de-chaussée et l’enseigne, probablement de la seconde moitié du XIXe siècle, ont été restaurés de manière très douce afin de conserver la patine d’origine. Dès que l’on pénètre dans le bâtiment, son histoire se révèle. Escaliers en pierre de taille et en bois, parquets, carreaux en ciment et stucs sont en grande partie conservés. Au cours de la restauration, une attention particulière a été portée à l’utilisation de matériaux naturels. Les peintures à la chaux ont été utilisées pour les murs ; les parquets ont été restaurés, parfois remplacés ou complétés, et huilés. Au premier étage, les carreaux en ciment du début du XXe siècle ont été redécouverts sous divers revêtements. L’escalier situé au centre du bâtiment remonte probablement au XVIIIe siècle, il conserve ses marches et ses repos d’origine et la balustrade est composée d’un alignement de balustres qui repose sur un support également en bois. Les balustres, élégamment ouvragées, sont typiques du XVIIIe siècle. Une main-courante, qui prend naissance sur un harmonieux socle ouvragé sommé d’une boule en bois, complète l’ensemble. Le maximum de substance a été conservé et mis en valeur. Les fenêtres de la seconde moitié du XXe siècle ou plus récentes ont été maintenues. L’intégration des salles d’eau s’est faite de manière respectueuse et n’a pas abimé la lecture du plan initial. Pour la petite anecdote, la cave faisait partie du bâtiment voisin mais son propriétaire, il y a de cela bien des décennies, l’a perdue au profit du propriétaire de l’auberge lors d’une partie de cartes. En lieu et place d’argent, il avait simplement mis son local en jeu, raison pour laquelle l’Auberge du Mouton est propriétaire de deux caves.

Guy Froidevaux, Daniela Lachat, David Hickel
  • Hôte
  • Guy Froidevaux, Daniela Lachat, David Hickel
  • Type d'Hôtel
  • Hôtel de charme
  • Équipements de l'hôtel
  • 8 chambres, restaurant, Wifi gratuit, carnotzet
  • Classification
  • Catégorie des Prix
  • CHF 100–200 / EUR 96–192
  • Horaires d'ouverture
  • toute l’année
Tous les hôtels